Sound of silence

A quand l'avènement d'une mutualisation des pratiques naturelles contraceptives ?

Est-il possible aux hommes d’avoir plus de maîtrise sur les conséquences de leur fertilité dans les relations sexuelles ? Quels moyens à disposition ont-ils pour s’arracher à ce destin de silence qui est celui de l’homme avec sa sexualité, sa paternité et sa fertilité ? Au-delà de la norme contraceptive actuelle, ne serait-il pas enfin envisageable de repenser la préférence contraceptive en une mutualisation contraceptive ?

 

Jusqu’au XIXème siècle, la contraception est sous le contrôle masculin. Certes, il existait quelques méthodes de contraception féminines, par l’usage d’herbes médicinales et de spermicides, mais les contraceptions masculines, notamment le coït interrompu et le préservatif, étaient les plus utilisées, depuis l’Antiquité et jusqu’à l’arrivée des contraceptions féminines médicalisées (Desjeux, 2009).

Alors que depuis les années 1950, les scientifiques ont mis au point treize nouvelles méthodes de contraception à destination des femmes, les méthodes de contraceptions destinées aux hommes n’ont presque pas changé depuis quatre-cents ans (Davidson et al., 1985 ; cité par Oudshoorn, 2003).

 

Les méthodes traditionnelles sont masculines, alors que les méthodes modernes sont féminines. Les hommes se trouvent alors dessaisis d’une responsabilité qui leur incombait en grande partie auparavant.

La demande de contraceptifs masculins est bien réelle, mais elle est passée sous silence face aux représentations telles que :

 - Les hommes ne sont pas intéressés.

 - Ils ne sont pas compétents pour assumer la responsabilité contraceptive.

 - Trop peu d’hommes concernés (ceux en couples hétérosexuels stables) au regard de la population mondiale.

 - La peur des effets secondaires, d’une atteinte de la virilité et du plaisir.

 

La perception de la contraception comme une affaire féminine fait peser sur la femme tous les risques en termes de santé et de charge mentale de la contraception. Enfin, elle contribue à maintenir la femme au niveau symbolique du côté de la nature.

La pratique de la remontée testiculaire à visée contraceptive a passé avec succès toutes les études cliniques. Elle répond à l’ensemble des critères : acceptable, efficace, réversible, pas d’effet secondaire, bas coût. Deux principes sont à souligner :

 - Self-efficacy, défini comme l’acquisition d’un degré élevé de connaissance de leurs propres capacités, ici, en matière d’infertilité temporaire voulue.

 - Self-belief, défini comme l’auto croyance ou la confiance en soi et en sa capacité à prendre une responsabilité, ici, celle de la contraception seule ou de manière mutualisée.

Accompagner les utilisateurs avec des outils simples et pertinents, les mènera vers une utilisation correcte du protocole de la Contraception Masculine Thermique (CMT) par la remontée testiculaire et se fera avec confiance de par leur partenaire. Il est important de faire comprendre à l’homme désirant se remonter les testicules pour se contracepter qu’il doit se faire confiance, et être sûr de la véracité de cette technique. Ancrer les capacités à faire et à assumer tout ou partie de la contraception à l’échelle du couple par l’homme favorise la qualité de la relation vécue.

 

La remontée testiculaire comme catalyseur à repenser et exprimer le triptyque version masculin :

 - Sexualité : De la restriction au full plaisir. Pour une fois serait-il possible de sortir du déni de la sexualité féminine ? Sexualité, plaisir, critères tant en retrait lorsqu’il s’agit de contraception féminine et tant mis en avant lorsqu’il est question de contraception masculine ! L’anneau thermique est bien le seul dispositif procurant plaisir et permettant d’appliquer un protocole visant à se contracepter avec un indice d’efficacité théorique et pratique aussi bon que celui du Dispositif Intra-Utérin ! L’homme n’est plus objectivé simplement comme une barrière aux IST avec la capote !

 - Paternité : D’un mode individuel à un mode relationnel. Comment sensibiliser à la responsabilité de procréer les hommes si ce n’est en leur donnant les moyens techniques, intellectuels et collaboratifs de maîtriser eux-mêmes leur fertilité ? L’investissement de l’homme dans la contraception passe par la mise en scène de son propre corps, par la remontée testiculaire, au regard de lui-même et de sa partenaire. Que la contraception soit double ou pas, la procréation pour l’homme devient un choix, et moins un devoir ou une obligation.

 - Fertilité : De la puissance vers la maîtrise. La contraception masculine ne serait-elle pas aussi un vecteur au service de la dissociation nécessaire entre procréation et sexualité ? La dimension masculine de la fertilité n’a pas été déconnectée de la sexualité. Une contraception active par la CMT permet une dissociation entre sexualité et procréation, entre enfant désiré et enfant décidé. La femme pourrait à nouveau être considérée dans sa dimension féminine et maternelle. En réinterprétant les normes de plaisir et de sexualité l’homme se libère d’un rôle masculin traditionnel, et permet au couple, ou à lui-même, de reconsidérer la fécondité dans leurs deux dimensions constitutives : féminine et masculine.

 

Selon les oppositions traditionnellement faites entre l’homme et la femme : l’homme serait du côté de la culture et de la rationalité et inversement la femme serait du côté de la nature et de l’émotion. Quand sera-t-il enfin envisageable un modèle de risque partagé dans lequel à la fois les risques et les bénéfices pour les hommes et les femmes sont pris en compte ? Semble-t-il si inconcevable de partager la responsabilité de la contraception quand il faut encore être deux pour procréer ? La participation contraceptive active des hommes n’est plus une chimère inaccessible. Libre à vous de vous en saisir ! La trame de fond va vers l’association et l’adhésion des deux partenaires à un projet mutuel de maitrise de la fertilité en fonction des aspirations du moment mais aussi des besoins et des limites de chacun. Proposez-vous un retour naturel vers votre propre corps, et ses ressources engrammées dans la mémoire du vivant.

 

A quand la fin de l’omerta autour de l’homme dans son intimité ?

A quand l’avènement d’une mutualisation des pratiques naturelles contraceptives ?

Brisons la loi du silence !

Voici une proposition d'associations et d'informations sur la thématique que vous pouvez consulter:

Retour à l'accueil, cliquer sur l'écureuil

Poster un commentaire

Voir les Voir le produits trouvés produit trouvé Pas de produits trouvés icon-close
Une erreur s'est produite, veuillez réessayer ultérieurement. Voir le produit Aucun produit n'a été trouvé lors de la recherche Nouveauté Promotion Solde Vente flash  € loading ending recherche
Chargement..